Travailler le symptôme avant tout

Un article paru dans le Journal du Médecin le 30 novembre 1993.

À l'intersection des phénomènes psychiques et somatiques, l'hypnose permet d'intervenir sur des processus de communication entre corps et esprit pour, dans certains cas, rétablir l'équilibre corporel. Le Dr Mairlot, neuropsychiatre à Brugmann, est aussi Hypnothérapeute.

JdM : Peut-on définir l'hypnose ?
Dr Eric Mairlot :
L'hypnose est un état modifié de conscience (EMC) évoluant entre éveil et sommeil. Le sujet peut sembler être profondément endormi et pourtant le cerveau fonctionne de manière intensive car le sujet est hyperconcentré, soit sur un fonctionnement ou une sensation physique, soit sur des images qu'il visualise, soit sur des pensées, des sons, des odeurs… Cette hyperconcentration se fait sans effort conscient, grâce aux suggestions du thérapeute et aux capacités du patient à s'abstraire de la réalité extérieure (bruit…) pour se concentrer sur une réalité intérieure, physique ou psychologique. Facilitant ainsi la communication entre le corps et l'esprit.

En état hypnotique, on peut contrôler beaucoup de fonctions physiques involontaires comme les battements cardiaques, le diamètre des bronches (asthme), des vaisseaux sanguins (pour empêcher le saignement), les sécrétions acides et le mouvement du tube digestif. On peut aussi modifier les systèmes immunitaires et hormonaux, ce qui peut être utile dans certains traitements de problèmes gynécologiques ou cancéreux.

Une expérience étonnante s'est déroulée avec une patiente qui souffrait de spasmes intestinaux après les repas. Au moment où je lui ai suggéré qu'elle pouvait laisser son tube digestif fonctionner comme lorsqu'elle a des spasmes, on entendait des bruits. Puis je lui ai dit : « à présent, vous allez boire une tasse de tisane bien chaude. Vous sentez ce liquide chaud et relaxant dans votre gorge, qui descend dans votre œsophage et qui relaxe tous les muscles, qui passe dans votre estomac et dans l'intestin… ». Et, presque immédiatement, on a entendu un silence total. Puis j'ai dit : « maintenant la tisane refroidit, elle n'a plus d'effet » et les bruits ont repris. « Maintenant vous allez boire à nouveau de la tisane mais elle aura un effet pendant beaucoup plus longtemps, au moins 10 minutes », on a plus rien entendu.

JdM : Comment se déroule l'hypnothérapie ?
Dr E. M. : 
L'hypnothérapie aide le patient à prendre conscience qu'il pourra se relaxer par lui-même. Puis il éveille des phénomènes hypnotiques (visualisation, distorsion du temps, dissociation, réponse physiologique) ce qui permet au patient de considérer son problème sous un autre angle et à trouver la solution. La personne qui fait un apprentissage sous hypnose le conserve souvent. S'il y a beaucoup d'interactions avec des problèmes psychologiques, alors, il faut apprendre au patient l'auto-hypnose pour qu'il puisse contrôler lui-même ce qui se passe. C'est pourquoi, pour beaucoup d'hypnothérapeutes modernes, il ne s'agit pas d'hypnose mais d'auto-hypnose. Le médecin jouer un rôle de guide, il est là pour aider le patient à exploiter ses capacités.

JdM : Faut-il posséder certaines qualités ou prédispositions pour suivre ce type de thérapie ?
Dr E. M. : 
Certaines personnes sont plus hypnotisables que d'autres, mais cela s'apprend. L'hypnose nouvelle permet de faire l'apprentissage de "l'hypnotisabilité". Cependant, certains disent qu'un patient sous hypnose perd tout contrôle. En fait non, ce qu'il apprend c'est à laisser de côté un état de conscience habituelle pour privilégier des contrôles différents, indirects, comme la force de l'imaginaire par la visualisation, par exemple. Visualiser quelque chose en état hypnotique se réalise en état physiologique. C'est assez parlant dans les phénomènes vasomoteurs : si on imagine qu'on met sa main dans de l'eau glacée, elle devient toute blanche, il y a vasoconstriction, et si on imagine que l'autre main est dans l'eau chaude, elle devient rouge et chaude. Cela veut dire qu'on arrive à avoir une action sur les verrues, sur l'HTA, sur le syndrome de Raynaud, sur les cicatrisations… Les médecins découvrent qu'on a enfin accès au système nerveux autonome, ortho et parasympathique. En état hypnotique, on parvient à imaginer des choses, en général elles sont suggérées par le thérapeute, mais on peut soi-même se suggérer des images qui ont un effet dynamique, soit moteur, par exemple dans le traitement de l'asthme, si le patient visualise une bronches contactrée, s'il imagine cette bronche se dilater petit à petit, grâce a des suggestions ad hoc, les bronches se dilatent vraiment, c'est le phénomène idéao-moteur.

Des études publiées dans des journaux de médecine interne comme le « Lancet », comparant des groupes traités par psychothérapie classique et des groupes traités par hypnose, ont montré des résultats étonnants, avec très peu de rechute dans les groupes traités par hypnose.

JdM : Quelles sont les autres applications de l'hypnose ?
Dr E. M. : 
En état de conscience modifiée, on apprend très vite, on a une sensation que les choses sont plus faciles, la mémoire est aussi augmentée, il y a des capacités d'hypermnésie qui permettent de retenir beaucoup mieux. C'est pour cela que des autosuggestions positives peuvent être bien mémorisées. L'état hypnotique est un état où on est très créatif. Comme on est focalisé sur son problème, on peut y penser en faisant abstraction de tous les autres paramètres. Il y a des suggestions du thérapeute mais qui ne sont pas directives, ce sont plutôt des propositions. On éventualise certaines propositions en fonction des théories du changement et le patient prend ce qui lui paraît le mieux. Mais il peut aussi trouver des solutions personnelles. Je fais aussi de l'hypnose avec des gens qui sont créatifs (peintre, écrivain…) pour les aider à vaincre l'angoisse de la page blanche, le trac, le stress. Certains cadres viennent parce qu'ils sont trop stressé. Là, on travaille à plusieurs niveaux : les techniques de communication hypnotique sont aussi des techniques de communication efficaces qu'on peut aussi utiliser sans hypnose.

L'hypnose s'applique en psychosomatique (problèmes gynécologiques, de grossesse, d'allaitement…), psychologique, psychiatrique dans le sens où on traite de névroses et de dépressions.

L'hypnose, c'est un ensemble de techniques qui peuvent jouer le rôle de turbo à un tas de moteurs thérapeutiques différents : il y a l'hypnoanalyse (psychanalyse plus hypnose), l'hypnocomportementalisme, l'hypcognitivisme. Une application importante concerne tout ce qui vient spontanément mais d'une manière irrépressible : les troubles compulsifs, comme la boulimie, les crises d'angoisses, les peurs irrationnelles. Ces personnes décrivent leur cas avec un tas de signes qu'on retrouve en état hypnotique : ils sont hyperconcentrés sur ce qu'ils font et perdent de la notion de la réalité extérieure, ils rentrent dans un état de conscience modifiée spontanée et pathologique. Pour traiter cela, l'hypnose est vraiment un moyen privilégié.

Lire l'article dans sa mise en page originale

Presse écrite

Abonnez-vous à notre newsletter

  • Avenue Ducpétiaux 72
  • 1060 Bruxelles, Belgique
  • T. +32 (0)2 538 38 10
  • M. +32 (0) 487 540 372
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

© 2021 Institut de Nouvelle Hypnose. Tous droits réservés